Pertubateurs endocriniens et allaitement


Déjà qu’est-ce qu’un perturbateur endocrinien ?


Les perturbateurs endocriniens (PE) sont des produits chimiques de notre environnement capables de mimer ou d’interférer avec le fonctionnement de nos propres hormones, même à de très faibles doses.

Ces molécules sont rendues responsables de malformations génitales, de pubertés précoces ou de diminution de la fertilité. On les soupçonne également de programmer des pathologies (obésité, diabète, cancers hormonaux-dépendants…) pouvant apparaître des années plus tard.

Leur éviction est surtout primordiale lors de certaines périodes de la vie où les risques sont majorés : grossesse potentielle ou en cours, allaitement, petite enfance.

Aliments et leurs contenants: les plastiques


Il faut éviter le contact des aliments avec toutes les sortes de plastique (boîtes, sachets, films alimentaires), particulièrement en cas de chauffage (micro-ondes), et ne pas employer d’ustensiles recouverts de Téflon®.

Les boîtes de conserves et les canettes de boissons ont un revêtement intérieur plastifié (bisphénol).

Il est donc préférable de consommer des aliments frais ou surgelés, cuisinés maison (dans des contenants en verre, inox, grès, céramique, terre cuite, fonte émaillée) plutôt que des plats tout prêts.

Cependant les petits pots pour bébés peuvent être consommés en toute sécurité, ils sont très surveillés et fiables.

Les pesticides


Les pesticides polluent encore trop l’alimentation traditionnelle, et il est plus sûr de se nourrir avec des légumes et des fruits « bio », au mieux des produits locaux issus de l’agriculture biologique achetés sur un marché ou directement chez un producteur.

Légumes et fruits doivent toujours être soigneusement lavés et épluchés.

Le soja est à éviter (il contient des phyto-œstrogènes).

Pour le poisson, il est conseillé de choisir ceux qui sont de petite taille et végétariens (bar d’élevage, limande, maquereau, rouget, sardine, saumon sauvage… plutôt qu’espadon, grenadier, thon rouge…), et de ne pas en consommer plus de deux fois par semaine.

L’eau


L’eau minérale est préférable à l’eau du robinet, du fait du caractère incertain des polluants qu’elle peut contenir. Stocker les bouteilles dans un endroit frais, sans jamais les laisser au soleil, car la chaleur dégrade le plastique.

Les produits d’entretien


Produits d’entretien et phytosanitaires Tous les produits de nettoyage utilisés s’accumulent dans la maison et sont à l’origine de la pollution de l’air intérieur. Limiter le plus possible l’utilisation de produits ménagers, de sprays et de parfums d’ambiance.

Mieux vaut ouvrir les fenêtres et aérer régulièrement que parfumer.

Utiliser l’aspirateur, épousseter au chiffon humide et avoir une VMC efficace contribuent à chasser les poussières imprégnées de polluants atmosphériques. Les femmes travaillant en atmosphère contaminée par les pesticides (agricultrices, maraîchères en serre ou jardinerie…) ou les solvants comme l’éther de glycol (coiffeuses, métiers de l’entretien…) devraient pouvoir être éloignées de ces facteurs de risque pendant les périodes qui majorent les risques (grossesse, allaitement).

Les cosmétiques


Produits de toilette et cosmétiques: La femme enceinte ou qui allaite devrait être économe en cosmétiques (parfum, fond de teint, rouge à lèvres, teinture pour cheveux…) car la plupart contiennent de nombreux additifs pouvant être des PE.

Pour le jeune enfant, dont la peau est très perméable, il faut utiliser le moins possible de produits d’hygiène, au niveau du siège en particulier. Les lingettes sont à proscrire. Utiliser un savon sans parfum (en pain ou en gel), une crème émolliente naturelle (col cream, cérat) si la peau est trop sèche, un produit à base de liniment oléocalcaire pour le siège des bébés portant des couches.

Mobiliers et peintures Les travaux de peinture émettent des solvants dangereux et sont déconseillés pendant les périodes à risque.

De nombreux produits chimiques (colles, vernis, etc.) étant présents dans les meubles en bois aggloméré, il est préférable d’opter pour le bois brut dans la chambre de bébé.

Jouets et vêtements


De nombreux jouets en plastique que l’enfant s’empresse de mettre à la bouche contiennent encore des phtalates. Des peluches peuvent contenir des retardateurs de flamme (composés bromés). Les jouets en bois brut sont à privilégier.

Les vêtements neufs, les jouets en tissu peuvent contenir des résidus chimiques. Le lavage à l’eau chaude fait disparaître la plupart de ces substances.

Eviter aussi les tissus « performants » ou antitache (Téflon®). Préférer des vêtements en fibres naturelles (coton, chanvre, lin, laine) et non traités.

Quelques repères


Les cosmétiques portant un label bio (« Eco-cert », « Cosmétique Bio », « Nature et progrès », etc.) sont en général les plus fiables.

Ne pas hésiter à privilégier les produits (ameublement, habillement, textiles, produits d’entretien, bricolage…) revêtus de labels écologiques : « Ecolabel », « NF environnement », ou de la norme «CE» pour les jouets. Certains sites indépendants comme Noteo (http://www.noteo.info) permettent de s’informer sur les produits d’entretien et d’hygiène.

Pour l’alimentation, on peut consulter le site de l’Agence française pour le développement et la promotion de l’agriculture biologique (http://www.agencebio.org).

On trouvera des guides et nombre de conseils pratiques sur des sites environnementaux comme celui de l’ASEF (http://www.asef-asso.fr) ou du RES (http://www.reseau-environnement-sante.fr).

Voulez vous une consultation individualisée pour commencer l’éviction? Contactez moi!


Traité de https://www.perinatbn.org/

Recommandations épidemie de Coronavirus

Voici ci-dessous la synthèse de ces recommandations utiles pour vos consultations des semaines à venir.


Rappel des consignes du gouvernement

  • Se laver les mains très régulièrement
  • Tousser ou éternuer dans son coude
  • Saluer sans se serrer la main et sans embrassade
  • Utiliser des mouchoirs à usage unique
  • Éviter les rassemblements, limiter les déplacements et les contacts

Si vous avez les symptômes du COVID-19

(fièvre ou sensation de fièvre, toux, difficultés respiratoires)

  • Restez chez vous, évitez les contacts.
  • Contactez votre médecin traitant et privilégiez la consultation en vidéo s’il la propose.
  • Si vous n’avez pas de médecin traitant, qu’il est indisponible ou qu’il ne propose pas de consultation en vidéo, prenez rendez-vous chez un autre médecin généraliste.
  • En cas de symptômes graves (essoufflement sévère), appelez directement le 15.
  • Pour connaître les profils de personnes “à risque”, consultez la section “consignes sanitaires” du site officiel du gouvernement.
  • Accédez à toutes les informations et recommandations officielles sur le site du gouvernement ou au 0 800 130 000 (numéro gratuit et officiel d’informations).

Si vous avez une consultation planifiée dans les jours à venir pour un motif autre que le COVID-19

Sauf contre indication de votre praticien, les rendez-vous et interventions chirurgicales à venir sont maintenues.

Exceptions:

  • Pour savoir si votre consultation à domicile est maintenue, veuillez consulter directement votre médecin.
  • Pour un renouvellement d’ordonnance, veuillez aller directement en pharmacie avec votre ordonnance expirée (le remboursement se fera comme d’habitude).
  • Si avant votre consultation, des symptômes du COVID-19 se manifestent, veuillez prendre un rendez-vous de consultation vidéo avec votre médecin ou le contacter.

Si vous n’avez pas encore de consultation planifiée mais que vous souhaitez consulter pour un motif autre que le COVID-19

  • Conformément aux restrictions de déplacement, il est recommandé d’effectuer vos consultations médicales en vidéo si cela est possible.
  • Essayez d’abord de prendre un rendez-vous de consultation vidéo chez votre médecin habituel ou de le contacter.
  • Si vous n’avez pas de médecin qui vous suit, vous pouvez prendre un rendez-vous de consultation vidéo chez un autre professionnel de santé.

Pour tout rendez-vous confirmé (quel que soit le motif), veuillez respecter les consignes suivantes:

  • Venez sans accompagnement. Si ce n’est pas possible, venez au maximum avec une personne.
  • Veuillez respecter scrupuleusement votre horaire de consultation afin de passer le moins de temps possible en salle d’attente.
  • Respectez une distance minimale d’un mètre dans la salle d’attente ou en dehors.
  • Lavez-vous les mains avant d’entrer dans le cabinet et après votre consultation.
  • Respectez les autres consignes de la salle d’attente.

Pour toute autre question sur le COVID-19, consultez le site officiel du gouvernement.

FertilityCare

System FertilityCare

Je suis praticienne FertilityCare depuis 7 ans.

Vous ne connaissez pas ?

FertilityCare est un système de gestion intégrale de la fertilité naturelle basé sur l’observation précise et fiable du cycle de la femme. Il permet à chaque couple de connaître ses phases naturelles de fertilité et d’infertilité dans le respect de sa relation conjugale, grâce à des critères objectifs de la glaire cervicale.

Le couple peut ainsi décider à quel moment avoir une union, en fonction de son intention d’éviter ou de favoriser une grossesse. C’est un soutien pour une responsabilité partagée dans le domaine de la fertilité.

Le principe de base de toute approche naturelle de la fertilité est le suivant : permettre à une femme de connaître son corps et de repérer les signes indicateurs de fertilité.

A chaque cycle, son corps se prépare pour une grossesse. Peu avant l’ovulation, la hausse du taux d’estrogènes provoque l’apparition de la glaire cervicale fertile. Après l’ovulation, la hausse du taux de progestérone stoppe la production de la glaire cervicale fertile.

La femme a donc un moyen très simple de savoir quand elle est fertile et quand elle ne l’est pas.

Le système FertilityCare™ repose sur l’observation de la glaire cervicale et des saignements : pas de prise de température, pas d’observation du col de l’utérus. Les observations sont faites de manière systématique, à chaque passage aux toilettes. La glaire cervicale est décrite selon des critères objectifs qui sont quotidiennement consignés dans un tableau à l’aide d’un code standardisé.

Exemple de tableau FertilityCare™ :

A l’approche de l’ovulation, la femme observe de la glaire cervicale indiquant la phase fertile (timbres bébés blancs et bébés verts) ; les jours de sécheresse indiquent quant à eux la phase infertile (timbres verts).

Ce tableau montre également la corrélation, dans un cycle normal, entre observations et taux hormonaux.

Le suivi

La fiabilité du système FertilityCare™ vient en grande partie du suivi proposé : une session d’introduction d’1h30 suivie d’un rdv tous les 15 jours pendant 2 mois pour gagner rapidement confiance dans vos observations, puis des rdvs réguliers, pour au total 8 rdv sur l’année de formation. Un suivi à long terme permet ensuite à chaque couple de contacter son instructrice une à deux fois par an, ou lors d’un événement particulier (naissance, allaitement, approche de la ménopause, changement de profil, …)

Les instructrices étant des professionnelles diplômées et déclarées, les rendez-vous sont payants (40 euros par rendez-vous) et ne sont malheureusement pas encore remboursés par la Sécurité Sociale. Cependant, certaines mutuelles prennent en charge le suivi.

Le coût du suivi ne doit cependant pas être un obstacle ! N’hésitez pas à nous faire part de réelles difficultés financières.

Un moyen simple de gérer sa santé gynécologique

Le tableau FertilityCare™ est un outil précieux de surveillance, de diagnostic et de traitement en matière de santé gynécologique.

La présence de dysfonctionnements, facilement détectables, est souvent signe de pathologies sous-jacentes.

  • L’évaluation d’une qualité et/ou d’une quantité insuffisante de la glaire cervicale,
  • la longueur du cycle, et plus précisément une seconde phase du cycle trop courte,
  • les saignements anormaux (intensité et durée des règles, spotting prémenstruel, saignements bruns en fin de règles, saignements inter-menstruels),
  • le syndrome prémenstruel (irritabilité, fatigue, déprime, tendance aux larmes, ballonnements, seins sensibles, fringales, prise de poids, … durant plus de trois jours avant le début des règles),
  • et d’autres signes encore

… sont des indices de pathologies sous-jacentes (problèmes hormonaux, défauts d’ovulation, …)

Ces marqueurs biologiques sont utiles aux médecins formés en NaProTechnologie pour l’évaluation et le traitement des DYSFONCTIONNEMENTS GYNÉCOLOGIQUES DE LA FEMME  (cycles irréguliers, saignements anormaux, kystes ovariens à répétition, syndrome prémenstruel, règles douloureuses, dépression post-partum…), mais aussi des FAUSSES-COUCHES et de l’HYPOFERTILITE.

La motricité libre du bébé

La motricité libre

Le concept de motricité libre ou spontanée a été inventé par le Dr Emmi Pikler dans les années 1960.

La pédiatre est convaincue que le petit enfant est un être doué de sensibilité et capable de se développer tout seul sans l’intervention d’un l’adulte.

Elle applique ce principe en laissant les enfants évoluer librement. Et elle découvre que non seulement le développement moteur s’acquiert naturellement et dans un ordre bien précis, mais aussi que cette liberté donnée aux enfants leur apporte un sentiment d’accomplissement et de sécurité. Aujourd’hui, les travaux du Dr Pikler sont plébiscités par un grand nombre de professionnels de la petite enfance.

Le bébé est libre de bouger et découvrir le monde.

Et à la crèche?

La motricité libre est de plus en plus pratiquée dans les crèches et haltes-garderies.

L’enfant a accès à différents espaces de jeu qu’il investit à sa manière, à son rythme, dans un cadre sécurisé.

Chez les petits, le bébé est installé sur le dos sur des tapis et peut se déplacer en toute liberté.

Ses sens sont éveilles avec des jeux avec différentes textures . Commentça l’enfant fait ses acquisitions de façon autonome et surtout il ne mettera pas dans une position dans laquelle il ne peut pas se mettre tout seul. « Un enfant n’est jamais mis dans une situation dont il n’a pas encore acquis le contrôle par lui-même », disait Emmi Pikler.

Élement à éviter

Les bébés peuvent être gênés par des accessoires (transat, cale-bébé, trotteur) sont évités dans la mesure du possible. Chez les plus grands, des jeux de grande motricité (ballons, vélo) et de motricité fine (jeux d’encastrement, de construction) sont mis à sa disposition et des petits ateliers sont organisés avec une surveillance un peu plus proche.

Accompagnement

L’enfant n’explore jamais le monde seul, le professionnel est présent pour l’accompagner et l’encourager dans ses découvertes, mais il ne fait pas les choses à sa place.

Son rôle est d’offrir une contenance psychique au tout-petit, c’est à dire lui accorder une attention de tous les instants et savoir précisément où il en est dans son développement. Un pas de plus pour le guider, en conséquence, vers son autonomie. 

Vous trouverez dans ce video une representation pour mieux comprendre:

youtube.com/watch?v=E-IVlPiyJBE&feature=share&fbclid=IwAR2rsYhbQcykTTE2z9KRkWGpRBoDmcoSNHAWhy8s3LjYtj-6sTcoKyU4YTQ

Je vous conseil par exemple le livre 60 activités Montessori pour mon bébé : Préparer son univers, l’éveiller et l’aider à faire seul https://www.amazon.it/activit%C3%A9s-Montessori-pour-mon-b%C3%A9b%C3%A9/dp/2092787942